La Transat

Voici, livré sans filtre, le livre de bord de notre transat. Cela pourrait être utile à certains d’entre vous qui suivrez le même itinéraire …

Jour 1 – vendredi 23 novembre.

Départ à 15h de Mogan, au sud de Gran Canaria. Nous partons avec Kalispera, et suivons un Cap à 210 jusqu’au Waypoint fixé ensemble à 3 jours de nav’ pour trouver les alizés. Débuts sportifs avec 30 nœuds de vent et une houle assez forte, pointes à 12 noeuds. Nous estimons que nous sommes dans l’accélération du vent entre les iles et que ça devrait progressivement se calmer dans la nuit. Emma et Manolis sont malades. Kalispera est derrière nous, nous les perdons de vue avec la tombée de la nuit. Voie d’eau via l’hélice qui perle. On écope pour voir si c’est plus que ça. Oliv préfère attendre le lendemain pour tenter une réparation.

Jour 2 – samedi 24 novembre

Le vent est tombé dans la nuit, nous avons fini par allumer le moteur vers 2h, qui a tourné toute la journée. Tentative de spi mais ça ne tient pas. En début de soirée, un vent de travers revient, nous éteignons finalement le moteur à 20h30. Journée dense par ailleurs avec une tortue, des dauphins, des bancs de thons qui nous accompagnent. Nous pêchons une daurade de 75cm, presque une deuxième qui réussi à repartir. BBQ pour le diner. Nous perdons notre binôme puisque Kalispera casse sa barre de flèche et fait demi-tour en fin d’après-midi. Manolis est amariné, Emma pas encore tout à fait.

Jour 3 – Dimanche 25 novembre

Nuit puis journée agréable avec un petit vent dans le dos. On n’avance pas tout à fait assez vite mais nous n’avons pas encore rejoint la zone des alizés. Spi tangoné la plupart de la journée pour une vitesse autour de 4/5 nœuds. En fin de journée le vent forci un peu et nous tenons une moyenne autour de 6 nœuds. Les enfants prennent leur rythme, ils ont l’air d’apprécier pour le moment. Nous avons fait du pain pour le goûter. Ce matin, Colin pose sa ligne à 8h en se réveillant, et on pêche un énorme thon à 8h05 !! On relève les lignes, on n’est pas sûrs d’arriver à tout manger. Chirachi pour le déjeuner. Oliv se sent fatigué, pas encore pris le rythme, ou pression qui retombe après des journées de chantier difficiles ?

Jour 4 – Lundi 26 novembre

Bon rythme aujourd’hui avec un peu plus de vent, toujours par l’arrière. Moyenne encore un peu faible quand même. Spi tangoné en début de matinée, et à poste jusqu’en milieu d’après midi. Oliv trouve que les appuis sont mauvais et risquent de fragiliser le matériel, donc préfère le rentrer. Nous utiliserons de préférence l’asymétrique les jours prochains. Pas de pêche aujourd’hui car nous en avons encore trop à manger. En milieu de journée, un paquebot italien lance une alerte homme à la mer. C’est un voilier allemand qui est le plus proche et qui se déroute. Classe ce matin sans problème. On met encore des polaires en fin de journée mais on sent que l’air se réchauffe. On devrait atteindre le way point dans la nuit à partir duquel nous ferons cap.

Jour 5 – Mardi 27 novembre

Etonnant, on a plus de vent, on a l’impression de faire une meilleure moyenne, et pourtant sur la carte, on ne semble toujours pas avancer plus vite … peut-être une histoire d’échelle ? D’après la carte, il nous resterait toujours 18 jours de nav, et d’après la distance restant à parcourir, sur une moyenne de 5,5 nœuds, plutôt 17 jours. En tous cas, on devrait mettre minimum 20 jours semble-t-il. Du coup, on va peut-être aller directement en Guadeloupe. Principal fait marquant : le nouveau tangon a usé jusqu’à la scier la nouvelle écoute de génois. Du coup, nous avons basculé sur l’ancien tangon. Emma est toujours moyennement en forme, elle semble perdre un peu le moral, mais continue d’assurer ses quarts. Moins confortable aujourd’hui avec plus de vent donc, et une houle un peu perturbée. On ne croise quasiment personne ce qui nous étonne. Ce soir, nous avons une lumière dans le dos, rien à l’AIS, nous pensons qu’il s’agit d’un pêcheur. Premiers légumes perdus car pourris avant d’être mangés.

Jour 6 – Mercredi 28 novembre

Une nuit agréable avec une mer plus disciplinée, et dans la foulée une journée assez idéale avec du vent, mais un niveau de confort très bon. Je peux même laver les cheveux de Romane sur le pont ce matin. Oliv en profite pour s’attaquer aux toilettes électriques en démontant tous les tuyaux, en effet complètement bouchés. Depuis, et avec de la javel, l’odeur a enfin disparue. Du coup, notre moyenne s’en ressent, et nous faisons 130 miles dans les 24h. A ce rythme par contre, il nous resterait 14 jours, et nous rentrerions dans nos prévisions. En fin de journée par contre, la situation se dégrade un peu, avec un vent qui forcit à 20 nœuds, sans doute du fait des grains aux alentours, et une mer moins facile. D’après la météo, ça pourrait mollir un peu dans la nuit. Nos batteries sont un peu faibles, car bien que nous ayons du soleil toute la journée, nous sommes toujours justes en charge en fin de journée. Nous faisons tourner le moteur une heure dans la journée mais ce n’est peut-être pas tout à fait suffisant.

Jour 7 – Jeudi 29 novembre

Nuit difficile avec une mer agitée, des grains autour de nous, finalement nous passons à travers mais du coup le vent est un peu perturbé. Journée difficile avec enchainement d’avaries variées : voie d’eau qui revient, ce qui veut dire que ce n’est pas l’hélice comme Oliv le pensait. Il finit par identifier un problème de boulon dans le coffre arrière qui fuit en effet pas mal. Avec Mano, ils colmatent au joint de silicone, et ce soir le tout semble sous contrôle. Ensuite, ce sont les toilettes mécaniques qui nous lâchent : une pièce dans la chasse manuelle casse, l’eau rentre. Oliv tente de recoller la pièce en question, nous verrons demain si ça marche. Heureusement, les toilettes électriques sont a peu près utilisables depuis hier. La gazinière semble également sur le point de lâcher. Avec les mouvements de la nuit, nous devons ramasser un pot de guacamole qui s’est vidé dans le frigo, de la farine qui a versée dans une équipée. Toute la journée, un vent autour de 25 nœuds souffle, et la houle n’est pas régulière. Nous avançons bien quand même, et avons fait 148 mn sur 24h. Ce soir, le vent est toujours là (alors que la météo indique toujours 17 nœuds) mais la mer semble se discipliner. Nous rentrons quand même le génois. En fin de journée, un voilier anglais nous dépasse. Emma est toujours malade.

Jour 8 – vendredi 30 novembre

Belle journée, avec un vent qui a faiblit un peu, autour de 15/20 nœuds toute la journée. La houle devient aussi plus régulière, nous permettant de mieux nous déplacer/ activer. Belle avancée sur 24h, avec 150 mn. Nous avons le génois seul, avec le tangon depuis le milieu de matinée. Nous avons rangé la GV inutile. Nous sommes rattrapé par un voilier pavillon maltais, qui est parti de Lanzarote et fait route vers Antigua. Ils filent au sud sur une journée encore avant de faire cap. C’est un convoyage, avec 8 personnes à bord apprend-on à la VHF. A cette moyenne, 12 jours avant d’arriver selon les points relevés sur la carte. Nous changeons d’heure à 19h > 18h.

Jour 9 – Samedi 1 décembre

Nuit idéale avec très peu de mouvement de houle, et une bonne vitesse. Au réveil, nous avons un voilier anglais qui croise notre route. Ils sont sous spi, aussi on se décale un peu le temps de les laisser nous doubler. Petite vacation à la VHF, mais sans doute plus pour vérifier qu’on est bien sur le pont. Ils font route un peu plus au sud. Nuageux toute la journée, mais pas de pluie. Mer agréable, nous parcourons 150 mn (mais sur 25h toutefois). Evacuation de la cuve des toilettes électrique bouchée. Nous remettons la ligne en matinée et pêchons presque aussitôt une daurade, mangée au déjeuner. Nous appelons Kalispera par l’iridium et arrivons à discuter quelques minutes. Ils ne savent pas encore s’ils vont repartir avant Noël. On est toujours bien occupé, mais on commence à se dire que ça va être long. On estime que demain soir, nous serons à la moitié de notre temps en mer. Ciel de dingue au moment du coucher de soleil. Ce soir, le vent semble forcir un peu et la houle est moins agréable.

Jour 10 – Dimanche 2 décembre

Journée calme, petite moyenne avec 130 mn. Houle désagréable ce matin, on est secoué, on tente le spi mais il y a quand même trop de vent donc on enlève. On remet le génois et on ajoute la GV en ciseaux. Deux voiliers croisés aujourd’hui, un anglais et un hollandais. Une daurade pêchée ce matin et dégustée ce soir. On estime être à la moitié de notre temps en mer, en revanche pas encore tout à fait en terme de distance. Nouvelle réparation des toilettes électriques pour déboucher la cuve : épique. Crêpes pour fêter la mi-temps. Bonne ambiance toujours même si on a hâte d’arriver. Emma semble aller mieux.

Jour 11 – Lundi 3 décembre

Nuit au moteur qui nous fait perdre un peu de temps du coup, à nouveau petite moyenne à 136 mn. Mais on estime toujours être à 9 ou 10 jours de l’arrivée. En revanche, nous allons finalement nous diriger vers la Guadeloupe directement. Même distance, mais on pense qu’on n’aura pas envie de bouger rapidement après la transat, donc autant être sur place. D’autre part, pas mal de réparations à prévoir donc on pourra mettre à profit la semaine avant l’arrivée des parents (dont une couture du génois). Toilettes mécaniques réparés à nouveau. Daurade pêchée à midi et mangée ce soir, cuite dans le lait de coco. On est passé au travers aujourd’hui, ce qui nous permet de bien avancer malgré un vent plus faible autour de 11/12 nœuds.

Jour 12 – Mardi 4 décembre

Belle journée, grand soleil, il nous semble qu’il commence à faire plus chaud. Nous mettons le spi ce matin, que nous gardons jusqu’en milieu d’après-midi. Puis les grains arrivent et nous affalons le spi avant de rentrer dans la survente. L’attache du vieux tangon lâche brusquement. Avec les grains, le vent forcit pas mal, nous faisons des pointes à plus de 10 nœuds. Ce soir, il y en a toujours à babord, mais qui ne semblent pas se rapprocher. Nous surveillons au radar. Par contre, la mer est du coup complètement hâchée et nous sommes ballotés dans tous les sens. Nous avançons au moteur en attendant de voir si le ciel se dégage. Rien sur la ligne aujourd’hui, pas de bateau croisé. Bonne distance sur 24h avec 149 mn. 8 jours devant nous à ce rythme.

Jour 13 – Mercredi 5 décembre

Nuit et journée agitée, nous avançons au rythme des grains qui s’enchainent. On a l’impression que ça se calme en milieu d’après-midi, puis ça reprend en fin de journée. Ce soir il n’y a plus rien au radar, mais le vent reste assez fort autour de 20 nœuds et la mer désagréable. Du coup, plus compliqué pour tout, notamment les enfants car on n’arrive pas à faire la classe ni les activités, ils finissent la journée excités comme des puces. Une baleine nous suit pendant plusieurs longues minutes, peut-être une heure. Bonne distance avec 149 mn à nouveau.

Jour 14 – Jeudi 6 décembre

Nuit encore difficile avec un vent assez fort et une mer agitée, on bouge beaucoup, on avance très vite, le vent monte à 30 nœuds. Toute la matinée, le rythme se maintient, on renonce à la classe en espérant que ce sera mieux l’après-midi. En revanche plus de grain, beau temps. Le vent se stabilise autour de 20 nœuds mais nous prenons la houle de travers, du moins celle-ci n’est pas très organisée. Finalement, ça s’arrange en cours d’après-midi, et notamment car nous changeons d’allure pour nous mettre vraiment vent arrière. C’est bien plus confortable. Score : 171 mn sur 24h ! Vers la fin d’après-midi une dizaine de dauphins dont des bébés, nous accompagnent. On change à nouveau d’heure : 19 > 18h.

Jour 15 – vendredi 7 décembre

Nuit plus agitée que prévue par les grains, mais se calme après minuit. Moteur en milieu de nuit pour recharger les batteries. On trouve qu’elles se déchargent de plus en plus vite. C’est vrai qu’on allume en ce moment le radar la nuit pour surveiller les grains ce qu’on ne faisait pas avant. Bonne journée, beau temps, bonne allure, bouge moins que les jours précédents. Bonne distance parcourue, 162 mn sur 25h. Ce soir à nouveau quelques grains nous entourent, on prend quelques vagues de travers mais globalement ça va pas mal. Vent stable autour de 17 nœuds. On finit le deuxième réservoir d’eau, et on est toujours sur la deuxième bouteille de gaz, côté provision on est bien aussi, on ne devrait manquer de rien jusqu’à l’arrivée dans 5 jours.

Jour 16 – samedi 8 décembre

Nuit relativement calme, perturbée par quelques grains qui persistent ce matin. Pour la première fois, l’un d’eux passe au-dessus et nous trempe en quelques minutes. C’est aussi vite fini, et sec. Belle journée, mer calme, peu de vent mais nous avançons quand même (142 mn sur 24h). On allume le moteur à plusieurs reprises, Spi dans l’après-midi. Dauphins aperçus sous la pluie, mais c’est furtif. On commence à voir des algues à la surface. Dernière bouteille de gaz, et dernier réservoir d’eau entamés aujourd’hui.

 Jour 17 – dimanche 9 décembre

Nuit perturbée entre pétole et vent qui tourne. On commence à retrouver un peu plus de trafic avec un voilier allemand et un cargot dans la nuit, et ce soir un voilier anglais qui fait bord à bord avec nous avant de descendre un peu plus au sud. On ne pêche rien d’autre que des algues, qui sont plus nombreuses qu’hier. Beaucoup de poissons volants en revanche. Grain avec pluie ce matin, c’est rapide. 143 mn dans les 24h, on maintient notre prévision d’arrivée dans la nuit de mercredi à jeudi. On espère voir la terre dès mercredi … Oliv tente une réparation de fortune sur le génois en scotchant la partie qui se découd. On va voir combien de temps ça tient.

Jour 18 – Lundi 10 décembre

Nuit rythmée par les grains, les coups de vent et la pétole, le moteur pour alimenter les batteries. La matinée se passent sur le même rythme, avec des grains qui s’enchainent jusqu’à midi. Ça se calme dans l’après-midi mais ça reprend à nouveau ce soir. Dauphins dans l’après-midi dont plusieurs bébés. 162 mn sur 25 h du coup, on estime ce soir notre arrivée autour de minuit dans la nuit de mercredi à jeudi. Oliv est fatigué, a du mal à dormir. Tout le monde sent la fatigue et la lassitude gagner, y compris les enfants qui commencent à trouver le temps un peu long.

Jour 19 – Mardi 11 décembre

Nuit agitée, entre moteur et grains à nouveau. Mais ensuite la journée est calme et ce soir les grains ne semblent pas revenir. Nos batteries sont définitivement fichues et ne rechargent plus, du coup nous devons régulièrement allumer le moteur. IL faudra voir ce qui les a grillé avant de les changer. Dauphins ce matin au petit déjeuner. Nous perdons un hameçon avec un poisson trop gros. Toute la journée, la mer est assez agitée et le vent se maintient autour de 20 nœuds, du coup on avance pas mal (158 mn). Dernière nuit complète si tout va bien, demain on va commencer à guetter la terre à partir de midi.

Jour 20 – Mercredi 12 décembre

Pétole ce matin, qui dure toute la journée. Au top pour guetter la terre, qu’Oliv aperçoit vers midi. Il fait très chaud, nous croisons un bateau à moteur, définitivement nous arrivons. Nous décidons de faire cap sur Saint François, la marina nous attend au ponton essence dans la nuit. Nous tentons le bain en plein océan, tout le monde y passe sauf moi. Nous arrivons finalement à 20h (locale) : we did it !!