On a testé le Tongariro Alpine Crossing

IMG_0645

From the TOP !

C’est probablement la randonnée la plus connue (et donc la plus fréquentée) de Nouvelle Zélande : le Tongariro Alpine Crossing, 7h de marche au milieu des volcans.

Franchement, on en a pris plein les yeux. C’était dur mais pas trop, on est arrivé crevés mais heureux de l’avoir fait. Tous.

IMG_20200121_103527

Photo de groupe pendant qu’on est encore un peu frais

Au-delà de ça, et en plus des photos que je voulais absolument te montrer ici (tu as vu ces couleurs !!!!), c’est une bonne occasion de te parler de la différence entre le voyage et le tourisme.

Autant on aime voyager même si on arrive parfois dans des endroits qui ne nous plaisent pas, ou qui nous déçoivent. On est au contraire, d’autres fois, contents de trouver ce qu’on était venu chercher, voir agréablement surpris. Bref, on voyage et on accepte donc les bonnes ou les moins bonnes surprises.

Autant on n’arrive vraiment pas à se défaire de la désagréable impression – qu’on a connu partout, je ne vise pas la Nouvelle Zélande en particulier – d’être parfois pris pour des touristes desquels on attend qu’ils dépensent le plus possible. Et autant dire que dans notre cas présent (mais qui sait ce que l’avenir nous réserve !!), ce n’est tout simplement pas possible.

Cette randonnée, c’est un peu ça : l’attente d’une belle expérience du côté des voyageurs, et l’attente de belles rentrées d’argent côté néo-zélandais. C’est ainsi que nous avons mis plusieurs jours à retourner dans tous les sens le problème suivant : ce chemin n’est pas une boucle. Tu ne reviens donc pas à ton point de départ. Un système de navettes payantes (35NZD par personne) te permet alors de laisser ta voiture au village  pour être emmené au départ, puis de revenir de l’arrivée. Pour nous, cette dépense n’était pas envisageable. On aurait donc pu gentiment renoncer et profiter des nombreuses autres balades. Sauf que partout, vraiment partout, la promotion de cette randonnée est visible, et donc suscite l’envie. Le défi sportif, les paysages, les incroyables lacs verts … bref, on est comme tout le monde (bêêê – êêê) on a eu envie de voir.

IMG_0640

IMG_20200121_111440

Pause pour observer le ballet des hélicoptères (qui transportent du matériel d’entretien je suppose)

IMG_0643IMG_0652

On a donc d’abord pensé faire le trajet jusqu’au milieu du chemin, pour revenir sur nos pas. Sauf que, trop de personnes devaient en arriver à la même conclusion que nous, et ils ont donc trouvé l’astuce depuis 2 ans en limitant le parking à 4h. Pas le temps du coup d’arriver en haut et de revenir. On a cherché sur internet, s’il n’y avait pas un forum, des gens, qui comme nous, cherchaient un moyen de passer outre et avec qui on aurait pu combiner les choses en garant une voiture de chaque côté. On n’a pas trouvé.

On est finalement arrivé à la solution suivante : Oliv nous a posé à 7h du matin au départ, est allé en voiture jusqu’à l’arrivée où il s’est garé (sur le bord de la route donc, puisque le parking est limité). Puis, il a fait un trajet simple (25NZD sur internet si tu réserves au moins 3 jours avant) en navette pour revenir au départ à 8h45.

Comme il faisait encore assez froid au petit matin, nous avions commencé à marcher avec les enfants, lentement, en attendant qu’il nous rattrape. Nous avons fini par nous arrêter complètement (au soleil cette fois) car il y a tellement de monde sur le chemin que c’est compliqué de marcher à un autre rythme que le flot des randonneurs. Nous nous sommes retrouvé vers 9h30, et avons alors continué notre balade tous ensemble.

C’est vraiment très beau, là-dessus pas de déception. On a, en revanche, touché du doigt ce que ça doit être de faire le Mont Blanc : Magnifique, mais tellement BLIN-DE. Bref, ne boudons pas notre plaisir, les enfants ont super bien marché et du coup, nous avons pu avancer tout le long au même rythme que les autres randonneurs.

IMG_0648

Je comprends, bien sûr, l’entretien que cela doit demander compte tenu de la forte fréquentation. Je comprends donc qu’il leur faille trouver des ressources pour financer cela. Mais j’avoue avoir encore du mal avec l’idée de payer pour marcher (ou de payer pour poser mon ancre, ou pour me baigner dans la mer comme on a pu le voir ailleurs), bref, de payer pour avoir accès à la Nature. Notamment quand j’ai déjà payé un visa pour mon séjour dans le pays.

Je me pose la question du coup : à l’avenir, pourra-t-on encore voyager ? Le tourisme va-t-il tuer le voyage ?

Tout est relatif, on aura passé près d’un mois dans cette région, marché au moins un jour sur deux (des balades entre 1h et 7h donc) et c’est finalement la seule fois où l’on a été confronté au problème. Il y a encore de la marge donc, mais bon, ce n’est pas la première fois qu’on se fait la remarque.

Sinon, on a aussi fait du vélo, c’était comique après 18 mois sans toucher une pédale. Cela nous a valu quelques chutes mémorables, mais on s’est bien amusé. Et on a été gentils, on a payé la location de nos vélos sans râler (mais on a refusé de payer la navette qui devait nous emmener en haut d’une piste cyclable !!!!! Non mais oh!).

IMG_20200123_114413

4 réflexions sur “On a testé le Tongariro Alpine Crossing

  1. Omb dit :

    Ah ba on s’est fait la meme réflexion en Patagonie. Le seul endroit où on a payé très cher pour une belle randonnée, c’était blindé. Et je suis d’accord, ça gâche complètement le plaisir. Après, c’est peut-être notre côté radin qui ressort. Bref, les photos sont dingues quand même

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s